5 millions d’euros de fonds européens au service de la coopération transfrontalière
 

Le programme européen INTERREG Rhin Supérieur a adopté le 13 mars 2017 quatre nouvelles initiatives transfrontalières pour un montant total de près de 5 millions d’euros issus du Fonds européen de développement régional (FEDER). Au travers de ces quatre nouveaux projets, une perspective claire : mettre les capacités de recherche et d’innovation de l’espace franco-germano-suisse du Rhin supérieur au service de la compétitivité du territoire et de ses entreprises.

Le Comité de suivi du programme réunit les représentants politiques des collectivités d’Alsace, du Pays de Bade, du Sud-Palatinat et de Suisse du Nord-Ouest. Il est en charge, pour la période 2014-2020, d’attribuer les 109,7 millions d’euros de FEDER dont dispose le programme aux projets les plus structurants pour l’espace du Rhin supérieur. Ce budget constitue l’enveloppe la plus importante jamais gérée par les acteurs du territoire depuis le lancement des programmes INTERREG en 1989.

A ce jour, près de 60 millions d’euros restent à disposition pour le financement de projets de coopération transfrontalière jusqu’en 2020.

Recherche, innovation et développement transfrontalier des entreprises de la filière agricole au programme pour ces quatre nouveaux projets

Donner à la recherche de pointe du Rhin supérieur les capacités de rayonner à l’échelle internationale

La recherche, le développement et l’innovation jouent un rôle central pour la compétitivité de l’espace du Rhin supérieur. Mais pour conserver cette dynamique, les acteurs de la recherche de pointe et de l’innovation ont besoin d’infrastructures adéquates, qui leur permettent de se rencontrer et de travailler ensemble.
Le projet « RMTMO RI : Infrastructures de recherche pour la Région métropolitaine trinationale » consiste à établir un inventaire des infrastructures de recherche existantes dans la région du Rhin supérieur, puis à déterminer leur capacité à répondre aux besoins des acteurs publics et privés de la recherche, dans l’optique de proposer un concept novateur et un modèle économique performant pour une utilisation optimale des capacités du territoire dans le domaine de la recherche et de l’innovation. Dans ce contexte, l’opportunité de la mise en place d’une nouvelle grande infrastructure de recherche pour le Rhin supérieur sera également étudiée.

Etendre les perspectives de la filière agricole grâce à l’échange par-delà la frontière

Thématique majeure pour l’économie et la compétitivité régionale, la viticulture durable, c’est-à-dire pratiquée de façon raisonnée eu égard à l’utilisation de pesticides, est à l’honneur dans le cadre du projet « VITIFUTUR ». Ce réseau transnational de recherche et de formation a été conçu pour s’établir sous la forme d’un cluster d’excellence, au sein duquel les professionnels de la filière viticole de part et d’autre du Rhin travailleront en étroite collaboration avec les instituts de recherche. L’objectif de la plateforme transnationale constituée dans le cadre du projet sera notamment de concevoir des solutions innovantes pour diminuer l’utilisation de pesticides dans les vignes et d’accélérer le transfert de ces nouvelles connaissances vers les professionnels qui s’engageront à faire du Rhin supérieur une région exemplaire pour la viticulture durable.

Le projet « Innov.AR : Innovations agroécologiques pour le Rhin supérieur » doit permettre de mettre à disposition des acteurs du monde agricole des méthodes agroécologiques adaptées au contexte de l’espace transfrontalier du Rhin supérieur. Les domaines de la fertilisation des cultures et de leur protection contre les bio-agresseurs sont ici visés en priorité. Pour parvenir à la mise au point d’un mode d’emploi de solutions agroécologiques innovantes, un groupe de travail composé d’entreprises agricoles représentantes de la profession et d’organismes de recherche appliquée du territoire sera constitué. Leurs études porteront d’une part sur l’injection d’azote qui permet de limiter les pertes vers l’environnement et garantit une bonne qualité de l’air et de l’eau, et d’autre part, sur la protection des céréales, du maïs et de la pomme de terre contre les principales maladies et ravageurs.

Le projet « ELENA » a vu le jour dans un contexte de forte diminution du nombre d’exploitations agricoles produisant du lait et de la viande. Cette situation dure depuis une vingtaine d’année et se vérifie aussi bien en Alsace que dans le Sud du Pays de Bade. Le secteur des productions animales assurant de nombreux emplois en amont et en aval de la filière, l’objectif du projet est de réunir les structures existantes de part et d’autre du Rhin pour, dans le but de développer en commun leur potentiel et leur force concurrentielle. Afin d’atteindre cet objectif, les producteurs et éleveurs locaux échangeront leurs expériences et connaissances et élaboreront des solutions communes pour les mettre en place des deux côtés du Rhin. Ils seront également accompagnés par des structures de conseil qui les aideront à développer leurs activités par-delà la frontière. Le but est de mieux approvisionner le marché du Rhin supérieur avec des produits locaux.

 

Pour contacter les chargées de communication du programme :

Anne-Sophie MAYER
anne-sophie.mayer@grandest.fr
+33 (0)3 88 15 38 10

Juliane REUTHER
juliane.reuther@grandest.fr
+33 (0)3 88 15 68 42

Région Grand Est
1 place Adrien Zeller – BP 91006
F-67070 STRASBOURG