Adoption des premiers projets INTERREG V Rhin Supérieur
 

Les premiers projets INTERREG V ont été adoptés par le Comité de suivi du programme le 16 décembre 2015.
Leur démarrage est prévu pour début 2016.

Sous la présidence de Bärbel Schäffer, Regierungspräsidentin du Regierungspräsidium de Fribourg, le Comité de suivi du programme INTERREG V Rhin Supérieur, rassemblant les partenaires régionaux et locaux du Palatinat, du pays de Bade, de l’Alsace et de la Suisse, s’est réuni pour la troisième fois le 16 décembre 2015, à Hagenbach (Allemagne).

Après l’adoption de son programme opérationnel en décembre 2014 et une période de préparation intense des critères et des procédures de sélection des projets, cette troisième réunion a été l’occasion d’accepter les premiers projets candidats éligibles à un cofinancement communautaire.

Au total 18 nouveaux projets ont été adoptés, pour un montant total de plus de 26,6 millions d’euros financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER).

Le programme INTERREG Rhin Supérieur dispose pour la période 2014-2020 d’une enveloppe de 109,7 millions d’euros, ce qui constitue le plus important budget alloué à un programme INTERREG dans le Rhin Supérieur depuis le lancement de l’initiative en 1989. Lors de cette réunion, environ un quart de l’enveloppe a ainsi été attribué. Plus de 83 millions d’euros restent à disposition pour de futurs projets jusqu’en 2020.

Les nouveaux projets

Les 18 nouveaux projets acceptés correspondent à cinq des principaux objectifs du programme :

Développer les capacités transfrontalières pour une recherche et innovation de pointe et renforcer la participation des entreprises aux projets de recherche

Le projet de « Campus européen » doit créer le cadre légal et pratique du rapprochement des cinq universités d’EUCOR dans le Rhin supérieur (Bâle, Fribourg, Haute-Alsace, Karlsruhe et Strasbourg) dans leurs activités communes de recherche, d’enseignement, de recrutement de personnel et de communication.

De la même manière, avec la pérennisation du « bureau de coordination du Pilier Sciences de la RMT » et la nouvelle association des grandes écoles (non universitaires) du Rhin supérieur « TriRhénaTech », les plateformes essentielles au travail de recherche transfrontalier des institutions impliquées seront mises en place.

Toute une série de projets vise en outre à accroitre la coopération transfrontalière dans la recherche et/ou la formation initiale et continue d’experts dans certains domaines scientifiques concrets : ainsi le « NeuroCampus trinational » dans le domaine des neurosciences, le « Cluster de recherche en durabilité du Rhin Supérieur » et le projet « SERIOR » dans le domaine du management de risques et le projet « RARENET » pour le traitement des maladies rares dans le Rhin supérieur. Enfin, le projet « Clim’ability » soutiendra les entreprises du Rhin supérieur dans leur adaptation face aux effets des changements climatiques qui se profilent à l’avenir.

Amélioration de la protection des espèces végétales et animales et de la qualité des services rendus par les écosystèmes dans le Rhin supérieur

La conservation des espèces menacées et de leurs habitats dans cet espace est le cœur du projet « RAMSAR RHINATURE ». Il permettra aux acteurs associatifs des deux pays, en lien avec les acteurs institutionnels, de mettre en commun leurs connaissances naturalistes réciproques et de proposer des programmes d’action transfrontaliers sur les espèces prioritaires. Le projet « ERMES-Rhin » se basera quant à lui sur une étude des polluants de la nappe rhénane pour rédiger des recommandations visant un effort transfrontalier de diminution des pollutions à l’avenir.

Limiter l’augmentation du trafic motorisé transfrontalier dans le Rhin supérieur

Trois projets dédiés au développement de transports à faible impact environnemental dans le Rhin supérieur ont été acceptés : l’ « étude stratégique : dimensionnement de la desserte transfrontalière et définition du parc de matériel roulant transfrontalier » doit, à moyen terme, écrire la stratégie d’investissement pour les régions frontalières de trains aux normes des différents pays. La construction d’une « Traversée sécurisée du Rhin pour cyclistes et piétons entre Gambsheim et Rheinau (PK309)» doit faciliter la traversée du Rhin au niveau du barrage et s’intégrer dans le réseau de pistes cyclables. Enfin dans le cadre le projet « THNS : Transport à Haut Niveau de Service entre Colmar (F) et Breisach (D) » c’est la mise en place d’une desserte en bus rapide et cadencée sur cet important axe de circulation du territoire qui sera soutenue.

Augmenter l’offre d’emploi transfrontalier dans le Rhin supérieur

Deux projets importants pour le marché de l’emploi ont été lancés, l’un à l’échelle régionale, l’autre en déclinaison à l’échelle territoriale.
Le projet régional « Réussir sans frontière » doit, à travers des mesures de formations professionnelles et d’apprentissage, cibler en particulier les jeunes et les demandeurs d’emploi sur l’ensemble du Rhin Supérieur et ainsi créer les bases pour faciliter l’accès au marché du travail transfrontalier.
Une déclinaison territoriale se fera pour les actions d’information et de mobilisation prévues dans le projet « Eurodistrict Strasbourg-Ortenau : un marché de l’emploi ouvert à 360° » devant permettre d’accroitre le nombre de candidatures françaises sur des postes vacants dans l’Ortenau.

Amélioration de l’offre de services transfrontalière des administrations et des institutions

Grâce au projet « GeoRhena », GISOR, le geosystème d’information actuel du Rhin supérieur, deviendra un portail public accessible à toute personne intéressée aux données géographiques transfrontalières, à la représentation interactive de ces données et à la réalisation de cartes. Le projet « IBA+ » servira de plateforme de service public pour tous les acteurs impliqués dans la quarantaine de projets participants à l’exposition internationale d’architecture IBA.