Dépérissement forestier en vallée du Rhin

en cours

Dépérissement forestier en vallée du Rhin

Patrimoine naturel, biodiversité, lutte contre la pollution

Le projet en chiffres

1 357 752 € cofinancés
Période du projet

fini le 01/01/2000

Coût global du projet

576 528 €

Coût éligible du projet

781 224 €

Régions participantes

Bade-Wurtemberg
Alsace
Suisse

Le projet consistait en la recherche des causes de la dégradation de l’état de santé des chênes des deux côtés du Rhin. Les résultats devaient aboutir à l’élaboration de recommandations pour les gestionnaires forestiers. Après harmonisation des résultats de recherche, l’étude commune devait permettre d’une part, d’accroître les zones d’expérience et d’autre part, de ne pas mener de façon isolée les recherches nécessaires.
37 études ont été réalisées, concernant 16 thèmes (au lieu de 12 initialement prévus) dans les domaines suivants : inventaire et analyse de l’environnement naturel ; mesure du phénomène ; recherche des causes et mécanismes ; adaptation de la gestion forestière. 23.450 ha de forêt ont été étudiés par photo-interprétation aérienne, 2.938 arbres ont été suivis annuellement. L’obtention de données comparables a parfois été difficile. Un colloque scientifique a présenté les résultats en 1999.
26 publications et 20 rapports, ainsi que 5 guides de sylviculture, ont été édités. Par contre, seul 1 catalogue détaillant les stations forestières a été réalisé, au lieu de 5 prévus. La nécessité de traduire les concepts techniques a rendu difficile l’édition de rapports bilingues. Le projet a duré 5 ans, et non pas 3 comme prévu. Des économies ont pu être obtenues grâce à la réalisation de certaines études directement par le personnel de l’ONF. En même temps, la complexité de certaines études a entraîné des coûts imprévus. De même, les coûts de publication avaient été sous-estimés.
Malgré la diversité des structures des deux partenaires, la coopération a bien fonctionné. Les données existantes seront mieux utilisées dans le futur, les observations sur la durée vont être poursuivies. La poursuite de la coopération a été envisagée à l’issue du projet.Le projet consistait en la recherche des causes de la dégradation de l’état de santé des chênes des deux côtés du Rhin. Les résultats devaient aboutir à l’élaboration de recommandations pour les gestionnaires forestiers. Après harmonisation des résultats de recherche, l’étude commune devait permettre d’une part, d’accroître les zones d’expérience et d’autre part, de ne pas mener de façon isolée les recherches nécessaires.
37 études ont été réalisées, concernant 16 thèmes (au lieu de 12 initialement prévus) dans les domaines suivants : inventaire et analyse de l’environnement naturel ; mesure du phénomène ; recherche des causes et mécanismes ; adaptation de la gestion forestière. 23.450 ha de forêt ont été étudiés par photo-interprétation aérienne, 2.938 arbres ont été suivis annuellement. L’obtention de données comparables a parfois été difficile. Un colloque scientifique a présenté les résultats en 1999.
26 publications et 20 rapports, ainsi que 5 guides de sylviculture, ont été édités. Par contre, seul 1 catalogue détaillant les stations forestières a été réalisé, au lieu de 5 prévus. La nécessité de traduire les concepts techniques a rendu difficile l’édition de rapports bilingues. Le projet a duré 5 ans, et non pas 3 comme prévu. Des économies ont pu être obtenues grâce à la réalisation de certaines études directement par le personnel de l’ONF. En même temps, la complexité de certaines études a entraîné des coûts imprévus. De même, les coûts de publication avaient été sous-estimés.
Malgré la diversité des structures des deux partenaires, la coopération a bien fonctionné. Les données existantes seront mieux utilisées dans le futur, les observations sur la durée vont être poursuivies. La poursuite de la coopération a été envisagée à l’issue du projet.Le projet consistait en la recherche des causes de la dégradation de l’état de santé des chênes des deux côtés du Rhin. Les résultats devaient aboutir à l’élaboration de recommandations pour les gestionnaires forestiers. Après harmonisation des résultats de recherche, l’étude commune devait permettre d’une part, d’accroître les zones d’expérience et d’autre part, de ne pas mener de façon isolée les recherches nécessaires.
37 études ont été réalisées, concernant 16 thèmes (au lieu de 12 initialement prévus) dans les domaines suivants : inventaire et analyse de l’environnement naturel ; mesure du phénomène ; recherche des causes et mécanismes ; adaptation de la gestion forestière. 23.450 ha de forêt ont été étudiés par photo-interprétation aérienne, 2.938 arbres ont été suivis annuellement. L’obtention de données comparables a parfois été difficile. Un colloque scientifique a présenté les résultats en 1999.
26 publications et 20 rapports, ainsi que 5 guides de sylviculture, ont été édités. Par contre, seul 1 catalogue détaillant les stations forestières a été réalisé, au lieu de 5 prévus. La nécessité de traduire les concepts techniques a rendu difficile l’édition de rapports bilingues. Le projet a duré 5 ans, et non pas 3 comme prévu. Des économies ont pu être obtenues grâce à la réalisation de certaines études directement par le personnel de l’ONF. En même temps, la complexité de certaines études a entraîné des coûts imprévus. De même, les coûts de publication avaient été sous-estimés.
Malgré la diversité des structures des deux partenaires, la coopération a bien fonctionné. Les données existantes seront mieux utilisées dans le futur, les observations sur la durée vont être poursuivies. La poursuite de la coopération a été envisagée à l’issue du projet.Le projet consistait en la recherche des causes de la dégradation de l’état de santé des chênes des deux côtés du Rhin. Les résultats devaient aboutir à l’élaboration de recommandations pour les gestionnaires forestiers. Après harmonisation des résultats de recherche, l’étude commune devait permettre d’une part, d’accroître les zones d’expérience et d’autre part, de ne pas mener de façon isolée les recherches nécessaires.
37 études ont été réalisées, concernant 16 thèmes (au lieu de 12 initialement prévus) dans les domaines suivants : inventaire et analyse de l’environnement naturel ; mesure du phénomène ; recherche des causes et mécanismes ; adaptation de la gestion forestière. 23.450 ha de forêt ont été étudiés par photo-interprétation aérienne, 2.938 arbres ont été suivis annuellement. L’obtention de données comparables a parfois été difficile. Un colloque scientifique a présenté les résultats en 1999.
26 publications et 20 rapports, ainsi que 5 guides de sylviculture, ont été édités. Par contre, seul 1 catalogue détaillant les stations forestières a été réalisé, au lieu de 5 prévus. La nécessité de traduire les concepts techniques a rendu difficile l’édition de rapports bilingues. Le projet a duré 5 ans, et non pas 3 comme prévu. Des économies ont pu être obtenues grâce à la réalisation de certaines études directement par le personnel de l’ONF. En même temps, la complexité de certaines études a entraîné des coûts imprévus. De même, les coûts de publication avaient été sous-estimés.
Malgré la diversité des structures des deux partenaires, la coopération a bien fonctionné. Les données existantes seront mieux utilisées dans le futur, les observations sur la durée vont être poursuivies. La poursuite de la coopération a été envisagée à l’issue du projet.Le projet consistait en la recherche des causes de la dégradation de l’état de santé des chênes des deux côtés du Rhin. Les résultats devaient aboutir à l’élaboration de recommandations pour les gestionnaires forestiers. Après harmonisation des résultats de recherche, l’étude commune devait permettre d’une part, d’accroître les zones d’expérience et d’autre part, de ne pas mener de façon isolée les recherches nécessaires.
37 études ont été réalisées, concernant 16 thèmes (au lieu de 12 initialement prévus) dans les domaines suivants : inventaire et analyse de l’environnement naturel ; mesure du phénomène ; recherche des causes et mécanismes ; adaptation de la gestion forestière. 23.450 ha de forêt ont été étudiés par photo-interprétation aérienne, 2.938 arbres ont été suivis annuellement. L’obtention de données comparables a parfois été difficile. Un colloque scientifique a présenté les résultats en 1999.
26 publications et 20 rapports, ainsi que 5 guides de sylviculture, ont été édités. Par contre, seul 1 catalogue détaillant les stations forestières a été réalisé, au lieu de 5 prévus. La nécessité de traduire les concepts techniques a rendu difficile l’édition de rapports bilingues. Le projet a duré 5 ans, et non pas 3 comme prévu. Des économies ont pu être obtenues grâce à la réalisation de certaines études directement par le personnel de l’ONF. En même temps, la complexité de certaines études a entraîné des coûts imprévus. De même, les coûts de publication avaient été sous-estimés.
Malgré la diversité des structures des deux partenaires, la coopération a bien fonctionné. Les données existantes seront mieux utilisées dans le futur, les observations sur la durée vont être poursuivies. La poursuite de la coopération a été envisagée à l’issue du projet.Le projet consistait en la recherche des causes de la dégradation de l’état de santé des chênes des deux côtés du Rhin. Les résultats devaient aboutir à l’élaboration de recommandations pour les gestionnaires forestiers. Après harmonisation des résultats de recherche, l’étude commune devait permettre d’une part, d’accroître les zones d’expérience et d’autre part, de ne pas mener de façon isolée les recherches nécessaires.
37 études ont été réalisées, concernant 16 thèmes (au lieu de 12 initialement prévus) dans les domaines suivants : inventaire et analyse de l’environnement naturel ; mesure du phénomène ; recherche des causes et mécanismes ; adaptation de la gestion forestière. 23.450 ha de forêt ont été étudiés par photo-interprétation aérienne, 2.938 arbres ont été suivis annuellement. L’obtention de données comparables a parfois été difficile. Un colloque scientifique a présenté les résultats en 1999.
26 publications et 20 rapports, ainsi que 5 guides de sylviculture, ont été édités. Par contre, seul 1 catalogue détaillant les stations forestières a été réalisé, au lieu de 5 prévus. La nécessité de traduire les concepts techniques a rendu difficile l’édition de rapports bilingues. Le projet a duré 5 ans, et non pas 3 comme prévu. Des économies ont pu être obtenues grâce à la réalisation de certaines études directement par le personnel de l’ONF. En même temps, la complexité de certaines études a entraîné des coûts imprévus. De même, les coûts de publication avaient été sous-estimés.
Malgré la diversité des structures des deux partenaires, la coopération a bien fonctionné. Les données existantes seront mieux utilisées dans le futur, les observations sur la durée vont être poursuivies. La poursuite de la coopération a été envisagée à l’issue du projet.Le projet consistait en la recherche des causes de la dégradation de l’état de santé des chênes des deux côtés du Rhin. Les résultats devaient aboutir à l’élaboration de recommandations pour les gestionnaires forestiers. Après harmonisation des résultats de recherche, l’étude commune devait permettre d’une part, d’accroître les zones d’expérience et d’autre part, de ne pas mener de façon isolée les recherches nécessaires.
37 études ont été réalisées, concernant 16 thèmes (au lieu de 12 initialement prévus) dans les domaines suivants : inventaire et analyse de l’environnement naturel ; mesure du phénomène ; recherche des causes et mécanismes ; adaptation de la gestion forestière. 23.450 ha de forêt ont été étudiés par photo-interprétation aérienne, 2.938 arbres ont été suivis annuellement. L’obtention de données comparables a parfois été difficile. Un colloque scientifique a présenté les résultats en 1999.
26 publications et 20 rapports, ainsi que 5 guides de sylviculture, ont été édités. Par contre, seul 1 catalogue détaillant les stations forestières a été réalisé, au lieu de 5 prévus. La nécessité de traduire les concepts techniques a rendu difficile l’édition de rapports bilingues. Le projet a duré 5 ans, et non pas 3 comme prévu. Des économies ont pu être obtenues grâce à la réalisation de certaines études directement par le personnel de l’ONF. En même temps, la complexité de certaines études a entraîné des coûts imprévus. De même, les coûts de publication avaient été sous-estimés.
Malgré la diversité des structures des deux partenaires, la coopération a bien fonctionné. Les données existantes seront mieux utilisées dans le futur, les observations sur la durée vont être poursuivies. La poursuite de la coopération a été envisagée à l’issue du projet.Le projet consistait en la recherche des causes de la dégradation de l’état de santé des chênes des deux côtés du Rhin. Les résultats devaient aboutir à l’élaboration de recommandations pour les gestionnaires forestiers. Après harmonisation des résultats de recherche, l’étude commune devait permettre d’une part, d’accroître les zones d’expérience et d’autre part, de ne pas mener de façon isolée les recherches nécessaires.
37 études ont été réalisées, concernant 16 thèmes (au lieu de 12 initialement prévus) dans les domaines suivants : inventaire et analyse de l’environnement naturel ; mesure du phénomène ; recherche des causes et mécanismes ; adaptation de la gestion forestière. 23.450 ha de forêt ont été étudiés par photo-interprétation aérienne, 2.938 arbres ont été suivis annuellement. L’obtention de données comparables a parfois été difficile. Un colloque scientifique a présenté les résultats en 1999.
26 publications et 20 rapports, ainsi que 5 guides de sylviculture, ont été édités. Par contre, seul 1 catalogue détaillant les stations forestières a été réalisé, au lieu de 5 prévus. La nécessité de traduire les concepts techniques a rendu difficile l’édition de rapports bilingues. Le projet a duré 5 ans, et non pas 3 comme prévu. Des économies ont pu être obtenues grâce à la réalisation de certaines études directement par le personnel de l’ONF. En même temps, la complexité de certaines études a entraîné des coûts imprévus. De même, les coûts de publication avaient été sous-estimés.
Malgré la diversité des structures des deux partenaires, la coopération a bien fonctionné. Les données existantes seront mieux utilisées dans le futur, les observations sur la durée vont être poursuivies. La poursuite de la coopération a été envisagée à l’issue du projet.

Partenaires du projet

ONF - Office National des Forêts   Porteur de projet
Forstliche Versuchsanstalt Freiburg

Ces projets pourraient vous intéresser

voir tous les projets