Parc Rhénan PAMINA

en cours

Parc Rhénan PAMINA

Patrimoine naturel, biodiversité, lutte contre la pollution

Le projet en chiffres

Période du projet

du 01/01/1995 au 01/01/2001

Coût global du projet

2 953 400 €

Coût éligible du projet

Régions participantes

Rhénanie-Palatinat
Alsace

Le projet tendait à valoriser le patrimoine de Rhin supérieur, avec tous ses facteurs écologiques, historiques et culturels. A cet effet, l’objectif-clé consistait à sauvegarder et à développer les aspects écologiques du paysage culturel fortement marqué par le Rhin et de ses espaces vitaux ainsi qu’à mettre en évidence les relations réciproques entre les êtres et le fleuve.
Le concept global prévoyait l’application de mesures différentes, comme :
– l’installation de musées à thèmes,
– l’installation de stations écologiques en tant qu’éléments de liaison,
– la création d’une infrastructure transfrontalière et écologique (points de départ pour les visiteurs, chemins de randonnée pour piétons et cyclistes, etc.),
– le développement d’un concept de création et de marketing transfrontalier à long terme.
La mise en réseau de musées s’est poursuivie, notamment par la définition de nouveaux lieux d’implantation de musées (Mothern, Seltz, Ottersdorf, Durmersheim, Steinmauern, Neuburg). Quatres sites ont été ajoutés en marge de ce réseau. Deux infrastructures ont été créées (un terrain de jeux à thèmes à Mothern, des installations sanitaires à Seltz). A la fin du projet, 8 musées et 31 sites ont été créés. Le nombre de visiteurs par année est de 9 300 et de 3 600 au CIN de Munchhausen.
Dans l’ensemble du Parc Rhénan, une même et unique signalisation a été mise en place.
En matière de marketing et d’animation, un concept a été élaboré au sein d’un groupe de travail prévu à cet effet et qui a été entre-temps approuvé et partiellement mis en place par les partenaires. Par exemple, chaque année a lieu la journée portes ouvertes (environ 3 500 participants par année), une présentation Internet a été élaborée et des participations à des congrès ont eu lieu. Une brochure présentant le projet (10 000 exemplaires), une carte d’orientation (15 000 exemplaires) ainsi que des panneaux, des autocollants, etc., ont été publiés. A cela s’ajoutent 16 manifestations et concerts avec près de 8 200 visiteurs. Pendant la durée du projet, 192 groupes, dont certains venant d’Irlande, de Finlande et d’Italie, ont visité le Parc Rhénan.
Etant donné les handicaps rencontrés lors de l’instruction du projet, une association franco- allemande reposant sur le droit allemand a été créée. Un poste à mi-temps a été mis en place dans le cadre de ce projet.Le projet tendait à valoriser le patrimoine de Rhin supérieur, avec tous ses facteurs écologiques, historiques et culturels. A cet effet, l’objectif-clé consistait à sauvegarder et à développer les aspects écologiques du paysage culturel fortement marqué par le Rhin et de ses espaces vitaux ainsi qu’à mettre en évidence les relations réciproques entre les êtres et le fleuve.
Le concept global prévoyait l’application de mesures différentes, comme :
– l’installation de musées à thèmes,
– l’installation de stations écologiques en tant qu’éléments de liaison,
– la création d’une infrastructure transfrontalière et écologique (points de départ pour les visiteurs, chemins de randonnée pour piétons et cyclistes, etc.),
– le développement d’un concept de création et de marketing transfrontalier à long terme.
La mise en réseau de musées s’est poursuivie, notamment par la définition de nouveaux lieux d’implantation de musées (Mothern, Seltz, Ottersdorf, Durmersheim, Steinmauern, Neuburg). Quatres sites ont été ajoutés en marge de ce réseau. Deux infrastructures ont été créées (un terrain de jeux à thèmes à Mothern, des installations sanitaires à Seltz). A la fin du projet, 8 musées et 31 sites ont été créés. Le nombre de visiteurs par année est de 9 300 et de 3 600 au CIN de Munchhausen.
Dans l’ensemble du Parc Rhénan, une même et unique signalisation a été mise en place.
En matière de marketing et d’animation, un concept a été élaboré au sein d’un groupe de travail prévu à cet effet et qui a été entre-temps approuvé et partiellement mis en place par les partenaires. Par exemple, chaque année a lieu la journée portes ouvertes (environ 3 500 participants par année), une présentation Internet a été élaborée et des participations à des congrès ont eu lieu. Une brochure présentant le projet (10 000 exemplaires), une carte d’orientation (15 000 exemplaires) ainsi que des panneaux, des autocollants, etc., ont été publiés. A cela s’ajoutent 16 manifestations et concerts avec près de 8 200 visiteurs. Pendant la durée du projet, 192 groupes, dont certains venant d’Irlande, de Finlande et d’Italie, ont visité le Parc Rhénan.
Etant donné les handicaps rencontrés lors de l’instruction du projet, une association franco- allemande reposant sur le droit allemand a été créée. Un poste à mi-temps a été mis en place dans le cadre de ce projet.Le projet tendait à valoriser le patrimoine de Rhin supérieur, avec tous ses facteurs écologiques, historiques et culturels. A cet effet, l’objectif-clé consistait à sauvegarder et à développer les aspects écologiques du paysage culturel fortement marqué par le Rhin et de ses espaces vitaux ainsi qu’à mettre en évidence les relations réciproques entre les êtres et le fleuve.
Le concept global prévoyait l’application de mesures différentes, comme :
– l’installation de musées à thèmes,
– l’installation de stations écologiques en tant qu’éléments de liaison,
– la création d’une infrastructure transfrontalière et écologique (points de départ pour les visiteurs, chemins de randonnée pour piétons et cyclistes, etc.),
– le développement d’un concept de création et de marketing transfrontalier à long terme.
La mise en réseau de musées s’est poursuivie, notamment par la définition de nouveaux lieux d’implantation de musées (Mothern, Seltz, Ottersdorf, Durmersheim, Steinmauern, Neuburg). Quatres sites ont été ajoutés en marge de ce réseau. Deux infrastructures ont été créées (un terrain de jeux à thèmes à Mothern, des installations sanitaires à Seltz). A la fin du projet, 8 musées et 31 sites ont été créés. Le nombre de visiteurs par année est de 9 300 et de 3 600 au CIN de Munchhausen.
Dans l’ensemble du Parc Rhénan, une même et unique signalisation a été mise en place.
En matière de marketing et d’animation, un concept a été élaboré au sein d’un groupe de travail prévu à cet effet et qui a été entre-temps approuvé et partiellement mis en place par les partenaires. Par exemple, chaque année a lieu la journée portes ouvertes (environ 3 500 participants par année), une présentation Internet a été élaborée et des participations à des congrès ont eu lieu. Une brochure présentant le projet (10 000 exemplaires), une carte d’orientation (15 000 exemplaires) ainsi que des panneaux, des autocollants, etc., ont été publiés. A cela s’ajoutent 16 manifestations et concerts avec près de 8 200 visiteurs. Pendant la durée du projet, 192 groupes, dont certains venant d’Irlande, de Finlande et d’Italie, ont visité le Parc Rhénan.
Etant donné les handicaps rencontrés lors de l’instruction du projet, une association franco- allemande reposant sur le droit allemand a été créée. Un poste à mi-temps a été mis en place dans le cadre de ce projet.Le projet tendait à valoriser le patrimoine de Rhin supérieur, avec tous ses facteurs écologiques, historiques et culturels. A cet effet, l’objectif-clé consistait à sauvegarder et à développer les aspects écologiques du paysage culturel fortement marqué par le Rhin et de ses espaces vitaux ainsi qu’à mettre en évidence les relations réciproques entre les êtres et le fleuve.
Le concept global prévoyait l’application de mesures différentes, comme :
– l’installation de musées à thèmes,
– l’installation de stations écologiques en tant qu’éléments de liaison,
– la création d’une infrastructure transfrontalière et écologique (points de départ pour les visiteurs, chemins de randonnée pour piétons et cyclistes, etc.),
– le développement d’un concept de création et de marketing transfrontalier à long terme.
La mise en réseau de musées s’est poursuivie, notamment par la définition de nouveaux lieux d’implantation de musées (Mothern, Seltz, Ottersdorf, Durmersheim, Steinmauern, Neuburg). Quatres sites ont été ajoutés en marge de ce réseau. Deux infrastructures ont été créées (un terrain de jeux à thèmes à Mothern, des installations sanitaires à Seltz). A la fin du projet, 8 musées et 31 sites ont été créés. Le nombre de visiteurs par année est de 9 300 et de 3 600 au CIN de Munchhausen.
Dans l’ensemble du Parc Rhénan, une même et unique signalisation a été mise en place.
En matière de marketing et d’animation, un concept a été élaboré au sein d’un groupe de travail prévu à cet effet et qui a été entre-temps approuvé et partiellement mis en place par les partenaires. Par exemple, chaque année a lieu la journée portes ouvertes (environ 3 500 participants par année), une présentation Internet a été élaborée et des participations à des congrès ont eu lieu. Une brochure présentant le projet (10 000 exemplaires), une carte d’orientation (15 000 exemplaires) ainsi que des panneaux, des autocollants, etc., ont été publiés. A cela s’ajoutent 16 manifestations et concerts avec près de 8 200 visiteurs. Pendant la durée du projet, 192 groupes, dont certains venant d’Irlande, de Finlande et d’Italie, ont visité le Parc Rhénan.
Etant donné les handicaps rencontrés lors de l’instruction du projet, une association franco- allemande reposant sur le droit allemand a été créée. Un poste à mi-temps a été mis en place dans le cadre de ce projet.Le projet tendait à valoriser le patrimoine de Rhin supérieur, avec tous ses facteurs écologiques, historiques et culturels. A cet effet, l’objectif-clé consistait à sauvegarder et à développer les aspects écologiques du paysage culturel fortement marqué par le Rhin et de ses espaces vitaux ainsi qu’à mettre en évidence les relations réciproques entre les êtres et le fleuve.
Le concept global prévoyait l’application de mesures différentes, comme :
– l’installation de musées à thèmes,
– l’installation de stations écologiques en tant qu’éléments de liaison,
– la création d’une infrastructure transfrontalière et écologique (points de départ pour les visiteurs, chemins de randonnée pour piétons et cyclistes, etc.),
– le développement d’un concept de création et de marketing transfrontalier à long terme.
La mise en réseau de musées s’est poursuivie, notamment par la définition de nouveaux lieux d’implantation de musées (Mothern, Seltz, Ottersdorf, Durmersheim, Steinmauern, Neuburg). Quatres sites ont été ajoutés en marge de ce réseau. Deux infrastructures ont été créées (un terrain de jeux à thèmes à Mothern, des installations sanitaires à Seltz). A la fin du projet, 8 musées et 31 sites ont été créés. Le nombre de visiteurs par année est de 9 300 et de 3 600 au CIN de Munchhausen.
Dans l’ensemble du Parc Rhénan, une même et unique signalisation a été mise en place.
En matière de marketing et d’animation, un concept a été élaboré au sein d’un groupe de travail prévu à cet effet et qui a été entre-temps approuvé et partiellement mis en place par les partenaires. Par exemple, chaque année a lieu la journée portes ouvertes (environ 3 500 participants par année), une présentation Internet a été élaborée et des participations à des congrès ont eu lieu. Une brochure présentant le projet (10 000 exemplaires), une carte d’orientation (15 000 exemplaires) ainsi que des panneaux, des autocollants, etc., ont été publiés. A cela s’ajoutent 16 manifestations et concerts avec près de 8 200 visiteurs. Pendant la durée du projet, 192 groupes, dont certains venant d’Irlande, de Finlande et d’Italie, ont visité le Parc Rhénan.
Etant donné les handicaps rencontrés lors de l’instruction du projet, une association franco- allemande reposant sur le droit allemand a été créée. Un poste à mi-temps a été mis en place dans le cadre de ce projet.Le projet tendait à valoriser le patrimoine de Rhin supérieur, avec tous ses facteurs écologiques, historiques et culturels. A cet effet, l’objectif-clé consistait à sauvegarder et à développer les aspects écologiques du paysage culturel fortement marqué par le Rhin et de ses espaces vitaux ainsi qu’à mettre en évidence les relations réciproques entre les êtres et le fleuve.
Le concept global prévoyait l’application de mesures différentes, comme :
– l’installation de musées à thèmes,
– l’installation de stations écologiques en tant qu’éléments de liaison,
– la création d’une infrastructure transfrontalière et écologique (points de départ pour les visiteurs, chemins de randonnée pour piétons et cyclistes, etc.),
– le développement d’un concept de création et de marketing transfrontalier à long terme.
La mise en réseau de musées s’est poursuivie, notamment par la définition de nouveaux lieux d’implantation de musées (Mothern, Seltz, Ottersdorf, Durmersheim, Steinmauern, Neuburg). Quatres sites ont été ajoutés en marge de ce réseau. Deux infrastructures ont été créées (un terrain de jeux à thèmes à Mothern, des installations sanitaires à Seltz). A la fin du projet, 8 musées et 31 sites ont été créés. Le nombre de visiteurs par année est de 9 300 et de 3 600 au CIN de Munchhausen.
Dans l’ensemble du Parc Rhénan, une même et unique signalisation a été mise en place.
En matière de marketing et d’animation, un concept a été élaboré au sein d’un groupe de travail prévu à cet effet et qui a été entre-temps approuvé et partiellement mis en place par les partenaires. Par exemple, chaque année a lieu la journée portes ouvertes (environ 3 500 participants par année), une présentation Internet a été élaborée et des participations à des congrès ont eu lieu. Une brochure présentant le projet (10 000 exemplaires), une carte d’orientation (15 000 exemplaires) ainsi que des panneaux, des autocollants, etc., ont été publiés. A cela s’ajoutent 16 manifestations et concerts avec près de 8 200 visiteurs. Pendant la durée du projet, 192 groupes, dont certains venant d’Irlande, de Finlande et d’Italie, ont visité le Parc Rhénan.
Etant donné les handicaps rencontrés lors de l’instruction du projet, une association franco- allemande reposant sur le droit allemand a été créée. Un poste à mi-temps a été mis en place dans le cadre de ce projet.Le projet tendait à valoriser le patrimoine de Rhin supérieur, avec tous ses facteurs écologiques, historiques et culturels. A cet effet, l’objectif-clé consistait à sauvegarder et à développer les aspects écologiques du paysage culturel fortement marqué par le Rhin et de ses espaces vitaux ainsi qu’à mettre en évidence les relations réciproques entre les êtres et le fleuve.
Le concept global prévoyait l’application de mesures différentes, comme :
– l’installation de musées à thèmes,
– l’installation de stations écologiques en tant qu’éléments de liaison,
– la création d’une infrastructure transfrontalière et écologique (points de départ pour les visiteurs, chemins de randonnée pour piétons et cyclistes, etc.),
– le développement d’un concept de création et de marketing transfrontalier à long terme.
La mise en réseau de musées s’est poursuivie, notamment par la définition de nouveaux lieux d’implantation de musées (Mothern, Seltz, Ottersdorf, Durmersheim, Steinmauern, Neuburg). Quatres sites ont été ajoutés en marge de ce réseau. Deux infrastructures ont été créées (un terrain de jeux à thèmes à Mothern, des installations sanitaires à Seltz). A la fin du projet, 8 musées et 31 sites ont été créés. Le nombre de visiteurs par année est de 9 300 et de 3 600 au CIN de Munchhausen.
Dans l’ensemble du Parc Rhénan, une même et unique signalisation a été mise en place.
En matière de marketing et d’animation, un concept a été élaboré au sein d’un groupe de travail prévu à cet effet et qui a été entre-temps approuvé et partiellement mis en place par les partenaires. Par exemple, chaque année a lieu la journée portes ouvertes (environ 3 500 participants par année), une présentation Internet a été élaborée et des participations à des congrès ont eu lieu. Une brochure présentant le projet (10 000 exemplaires), une carte d’orientation (15 000 exemplaires) ainsi que des panneaux, des autocollants, etc., ont été publiés. A cela s’ajoutent 16 manifestations et concerts avec près de 8 200 visiteurs. Pendant la durée du projet, 192 groupes, dont certains venant d’Irlande, de Finlande et d’Italie, ont visité le Parc Rhénan.
Etant donné les handicaps rencontrés lors de l’instruction du projet, une association franco- allemande reposant sur le droit allemand a été créée. Un poste à mi-temps a été mis en place dans le cadre de ce projet.Le projet tendait à valoriser le patrimoine de Rhin supérieur, avec tous ses facteurs écologiques, historiques et culturels. A cet effet, l’objectif-clé consistait à sauvegarder et à développer les aspects écologiques du paysage culturel fortement marqué par le Rhin et de ses espaces vitaux ainsi qu’à mettre en évidence les relations réciproques entre les êtres et le fleuve.
Le concept global prévoyait l’application de mesures différentes, comme :
– l’installation de musées à thèmes,
– l’installation de stations écologiques en tant qu’éléments de liaison,
– la création d’une infrastructure transfrontalière et écologique (points de départ pour les visiteurs, chemins de randonnée pour piétons et cyclistes, etc.),
– le développement d’un concept de création et de marketing transfrontalier à long terme.
La mise en réseau de musées s’est poursuivie, notamment par la définition de nouveaux lieux d’implantation de musées (Mothern, Seltz, Ottersdorf, Durmersheim, Steinmauern, Neuburg). Quatres sites ont été ajoutés en marge de ce réseau. Deux infrastructures ont été créées (un terrain de jeux à thèmes à Mothern, des installations sanitaires à Seltz). A la fin du projet, 8 musées et 31 sites ont été créés. Le nombre de visiteurs par année est de 9 300 et de 3 600 au CIN de Munchhausen.
Dans l’ensemble du Parc Rhénan, une même et unique signalisation a été mise en place.
En matière de marketing et d’animation, un concept a été élaboré au sein d’un groupe de travail prévu à cet effet et qui a été entre-temps approuvé et partiellement mis en place par les partenaires. Par exemple, chaque année a lieu la journée portes ouvertes (environ 3 500 participants par année), une présentation Internet a été élaborée et des participations à des congrès ont eu lieu. Une brochure présentant le projet (10 000 exemplaires), une carte d’orientation (15 000 exemplaires) ainsi que des panneaux, des autocollants, etc., ont été publiés. A cela s’ajoutent 16 manifestations et concerts avec près de 8 200 visiteurs. Pendant la durée du projet, 192 groupes, dont certains venant d’Irlande, de Finlande et d’Italie, ont visité le Parc Rhénan.
Etant donné les handicaps rencontrés lors de l’instruction du projet, une association franco- allemande reposant sur le droit allemand a été créée. Un poste à mi-temps a été mis en place dans le cadre de ce projet.

Partenaires du projet

PAMINA-Rheinpark / Parc Rhénan e.V.   Porteur de projet
Département du Bas-Rhin

Ces projets pourraient vous intéresser

voir tous les projets