Le projet « MARGE » se clôture

Services publics, coopération des administrations | 2 décembre 2019

Le projet « MARGE » se clôture

Après 3 ans d’échanges et de recherche, le projet MARGE a tenu sa conférence de clôture le vendredi 15 novembre 2019 à Fribourg. En présence de personnalités politiques, les principaux acteurs du projet ont présenté les résultats du projet et les enseignements tirés.

MARGE : l’innovation sociale au cœur des quartiers marginalisés

A travers l’échange de bonnes pratiques, la recherche-action et la production d’un outil de formation, le projet MARGE a, pendant 3 ans effectué un travail ciblé sur 9 quartiers marginalisés en France, en Suisse et en Allemagne.

Pour comprendre le projet en 2 minutes :

Le transfrontalier : un boosteur de l’innovation sociale

« On est allés au-delà du sentiment que l’herbe est plus verte ailleurs »

C’est ainsi que le porteur de projet Bruno Michon résume l’intérêt de l’ouverture aux pratiques de l’autre.

Malgré les obstacles à la rencontre, le projet a permis aux administrations, aux travailleurs sociaux et aux habitants des quartiers de se créer une communauté transfrontalière qui a ouvert la voie à une certaine reconnaissance.

Au-delà des clichés, des différences structurelles majeures impactant les pratiques ont été ressenties lors des immersions dans les quartiers des pays voisins. En France l’état centralisé présent jusque dans les quartiers et les aides financières pour le logement social ; en Allemagne l’auto-gestion des habitants de quartier et l’importance des acteurs locaux ; en Suisse la démocratie directe et le principe du consensus.

Un projet clôturé mais qui va continuer à se diffuser !

La manifestation s’est tenue le vendredi 15 novembre 2019 au Regierungspräsidium de Freiburg. En introduction les personnalités politiques se sont exprimées pour féliciter le projet : Madame Bärbel Schäfer, Regierungspräsidentin et présidente du Comité de suivi du programme INTERREG, suivie de Madame Nadia Idiri, Sous-préfète en charge de la politique de la ville, puis Monsieur Lukas Ott, représentant le Canton de Bâle-Ville.

Les acteurs de la recherche se sont ensuite succédés pour revenir sur les résultats du projet et présenter l’outil développé, un toolkit rassemblant les enseignements tirés de MARGE. Disponible gratuitement sur le site interne du projet, il est à la libre disposition de tous et doit pouvoir servir dans le contexte d’autres quartiers.

Un podium final avec les acteurs de terrain a permis de revenir sur l’expérience concrète d’échanges de bonnes pratiques et les idées de transferts qui en ont émergé.

Vers un campus transfrontalier de l’intervention sociale ?

Les 3 écoles en intervention sociale qui portaient le projet collaborent déjà depuis près de 30 ans via le programme d’étude commun RECOS. Le projet MARGE a conforté l’intérêt de la confrontation des pratiques transfrontalières. Les représentants des 3 établissements ont mis l’accent sur la nécessité d’intégrer les connaissances issues du projet aux cursus et évoquent même l’idée d’un campus transfrontalier de l’intervention sociale, sur le modèle d’Eucor.