Gestion conservatoire des saulaies

Terminé

Gestion conservatoire des saulaies

Patrimoine naturel, biodiversité, lutte contre la pollution

Le projet en chiffres

Période du projet

du 01/01/1995 au 01/01/1999

Coût global du projet

485 000 €

Coût éligible du projet

0 €

Régions participantes

Alsace
Rhénanie-Palatinat

Les forêts rhénanes situées en aval du barrage d’Iffezheim et jusqu’à Lauterbourg forment un patrimoine naturel d’une valeur inestimable car elles bordent le parcours franco-allemand du fleuve le moins exploité. Cet espace alluvial dont la superficie est encore significative renferme les derniers écosystèmes qui sont encore régulièrement inondés directement par les eaux du Rhin lors des crues du fleuve.
C’est le domaine de la forêt « alluviale à bois tendre ». Cette formation boisée typique, présente sur les deux rives du fleuve, couvre une surface encore importante, estimée à 250 ha. La conservation de ces forêts revêt une importance primordiale tant pour la protection des biotopes et le maintien des facteurs de biodiversité, que pour une meilleure gestion de l’eau.
Les travaux de correction du fleuve ont fortement amoindri la capacité de renouvellement naturelle des forêts alluviales. Celles-ci, vieillies et abandonnées, risquaient de disparaître sauf à mettre en œuvre des mesures de gestion (entretien et rajeunissement) susceptibles de suppléer aux processus naturels devenus déficients. Un plan de gestion qui définit les soins les plus urgents faisant l’objet du présent projet a donc été dressé.
Le projet a été réalisé conformément aux objectifs, à l’exception de quelques parties de mesures dont la mise en œuvre a été reportée voire supprimée en raison principalement de la tempête ayant eu lieu en décembre 1999.Les forêts rhénanes situées en aval du barrage d’Iffezheim et jusqu’à Lauterbourg forment un patrimoine naturel d’une valeur inestimable car elles bordent le parcours franco-allemand du fleuve le moins exploité. Cet espace alluvial dont la superficie est encore significative renferme les derniers écosystèmes qui sont encore régulièrement inondés directement par les eaux du Rhin lors des crues du fleuve.
C’est le domaine de la forêt « alluviale à bois tendre ». Cette formation boisée typique, présente sur les deux rives du fleuve, couvre une surface encore importante, estimée à 250 ha. La conservation de ces forêts revêt une importance primordiale tant pour la protection des biotopes et le maintien des facteurs de biodiversité, que pour une meilleure gestion de l’eau.
Les travaux de correction du fleuve ont fortement amoindri la capacité de renouvellement naturelle des forêts alluviales. Celles-ci, vieillies et abandonnées, risquaient de disparaître sauf à mettre en œuvre des mesures de gestion (entretien et rajeunissement) susceptibles de suppléer aux processus naturels devenus déficients. Un plan de gestion qui définit les soins les plus urgents faisant l’objet du présent projet a donc été dressé.
Le projet a été réalisé conformément aux objectifs, à l’exception de quelques parties de mesures dont la mise en œuvre a été reportée voire supprimée en raison principalement de la tempête ayant eu lieu en décembre 1999.Les forêts rhénanes situées en aval du barrage d’Iffezheim et jusqu’à Lauterbourg forment un patrimoine naturel d’une valeur inestimable car elles bordent le parcours franco-allemand du fleuve le moins exploité. Cet espace alluvial dont la superficie est encore significative renferme les derniers écosystèmes qui sont encore régulièrement inondés directement par les eaux du Rhin lors des crues du fleuve.
C’est le domaine de la forêt « alluviale à bois tendre ». Cette formation boisée typique, présente sur les deux rives du fleuve, couvre une surface encore importante, estimée à 250 ha. La conservation de ces forêts revêt une importance primordiale tant pour la protection des biotopes et le maintien des facteurs de biodiversité, que pour une meilleure gestion de l’eau.
Les travaux de correction du fleuve ont fortement amoindri la capacité de renouvellement naturelle des forêts alluviales. Celles-ci, vieillies et abandonnées, risquaient de disparaître sauf à mettre en œuvre des mesures de gestion (entretien et rajeunissement) susceptibles de suppléer aux processus naturels devenus déficients. Un plan de gestion qui définit les soins les plus urgents faisant l’objet du présent projet a donc été dressé.
Le projet a été réalisé conformément aux objectifs, à l’exception de quelques parties de mesures dont la mise en œuvre a été reportée voire supprimée en raison principalement de la tempête ayant eu lieu en décembre 1999.Les forêts rhénanes situées en aval du barrage d’Iffezheim et jusqu’à Lauterbourg forment un patrimoine naturel d’une valeur inestimable car elles bordent le parcours franco-allemand du fleuve le moins exploité. Cet espace alluvial dont la superficie est encore significative renferme les derniers écosystèmes qui sont encore régulièrement inondés directement par les eaux du Rhin lors des crues du fleuve.
C’est le domaine de la forêt « alluviale à bois tendre ». Cette formation boisée typique, présente sur les deux rives du fleuve, couvre une surface encore importante, estimée à 250 ha. La conservation de ces forêts revêt une importance primordiale tant pour la protection des biotopes et le maintien des facteurs de biodiversité, que pour une meilleure gestion de l’eau.
Les travaux de correction du fleuve ont fortement amoindri la capacité de renouvellement naturelle des forêts alluviales. Celles-ci, vieillies et abandonnées, risquaient de disparaître sauf à mettre en œuvre des mesures de gestion (entretien et rajeunissement) susceptibles de suppléer aux processus naturels devenus déficients. Un plan de gestion qui définit les soins les plus urgents faisant l’objet du présent projet a donc été dressé.
Le projet a été réalisé conformément aux objectifs, à l’exception de quelques parties de mesures dont la mise en œuvre a été reportée voire supprimée en raison principalement de la tempête ayant eu lieu en décembre 1999.Les forêts rhénanes situées en aval du barrage d’Iffezheim et jusqu’à Lauterbourg forment un patrimoine naturel d’une valeur inestimable car elles bordent le parcours franco-allemand du fleuve le moins exploité. Cet espace alluvial dont la superficie est encore significative renferme les derniers écosystèmes qui sont encore régulièrement inondés directement par les eaux du Rhin lors des crues du fleuve.
C’est le domaine de la forêt « alluviale à bois tendre ». Cette formation boisée typique, présente sur les deux rives du fleuve, couvre une surface encore importante, estimée à 250 ha. La conservation de ces forêts revêt une importance primordiale tant pour la protection des biotopes et le maintien des facteurs de biodiversité, que pour une meilleure gestion de l’eau.
Les travaux de correction du fleuve ont fortement amoindri la capacité de renouvellement naturelle des forêts alluviales. Celles-ci, vieillies et abandonnées, risquaient de disparaître sauf à mettre en œuvre des mesures de gestion (entretien et rajeunissement) susceptibles de suppléer aux processus naturels devenus déficients. Un plan de gestion qui définit les soins les plus urgents faisant l’objet du présent projet a donc été dressé.
Le projet a été réalisé conformément aux objectifs, à l’exception de quelques parties de mesures dont la mise en œuvre a été reportée voire supprimée en raison principalement de la tempête ayant eu lieu en décembre 1999.Les forêts rhénanes situées en aval du barrage d’Iffezheim et jusqu’à Lauterbourg forment un patrimoine naturel d’une valeur inestimable car elles bordent le parcours franco-allemand du fleuve le moins exploité. Cet espace alluvial dont la superficie est encore significative renferme les derniers écosystèmes qui sont encore régulièrement inondés directement par les eaux du Rhin lors des crues du fleuve.
C’est le domaine de la forêt « alluviale à bois tendre ». Cette formation boisée typique, présente sur les deux rives du fleuve, couvre une surface encore importante, estimée à 250 ha. La conservation de ces forêts revêt une importance primordiale tant pour la protection des biotopes et le maintien des facteurs de biodiversité, que pour une meilleure gestion de l’eau.
Les travaux de correction du fleuve ont fortement amoindri la capacité de renouvellement naturelle des forêts alluviales. Celles-ci, vieillies et abandonnées, risquaient de disparaître sauf à mettre en œuvre des mesures de gestion (entretien et rajeunissement) susceptibles de suppléer aux processus naturels devenus déficients. Un plan de gestion qui définit les soins les plus urgents faisant l’objet du présent projet a donc été dressé.
Le projet a été réalisé conformément aux objectifs, à l’exception de quelques parties de mesures dont la mise en œuvre a été reportée voire supprimée en raison principalement de la tempête ayant eu lieu en décembre 1999.Les forêts rhénanes situées en aval du barrage d’Iffezheim et jusqu’à Lauterbourg forment un patrimoine naturel d’une valeur inestimable car elles bordent le parcours franco-allemand du fleuve le moins exploité. Cet espace alluvial dont la superficie est encore significative renferme les derniers écosystèmes qui sont encore régulièrement inondés directement par les eaux du Rhin lors des crues du fleuve.
C’est le domaine de la forêt « alluviale à bois tendre ». Cette formation boisée typique, présente sur les deux rives du fleuve, couvre une surface encore importante, estimée à 250 ha. La conservation de ces forêts revêt une importance primordiale tant pour la protection des biotopes et le maintien des facteurs de biodiversité, que pour une meilleure gestion de l’eau.
Les travaux de correction du fleuve ont fortement amoindri la capacité de renouvellement naturelle des forêts alluviales. Celles-ci, vieillies et abandonnées, risquaient de disparaître sauf à mettre en œuvre des mesures de gestion (entretien et rajeunissement) susceptibles de suppléer aux processus naturels devenus déficients. Un plan de gestion qui définit les soins les plus urgents faisant l’objet du présent projet a donc été dressé.
Le projet a été réalisé conformément aux objectifs, à l’exception de quelques parties de mesures dont la mise en œuvre a été reportée voire supprimée en raison principalement de la tempête ayant eu lieu en décembre 1999.Les forêts rhénanes situées en aval du barrage d’Iffezheim et jusqu’à Lauterbourg forment un patrimoine naturel d’une valeur inestimable car elles bordent le parcours franco-allemand du fleuve le moins exploité. Cet espace alluvial dont la superficie est encore significative renferme les derniers écosystèmes qui sont encore régulièrement inondés directement par les eaux du Rhin lors des crues du fleuve.
C’est le domaine de la forêt « alluviale à bois tendre ». Cette formation boisée typique, présente sur les deux rives du fleuve, couvre une surface encore importante, estimée à 250 ha. La conservation de ces forêts revêt une importance primordiale tant pour la protection des biotopes et le maintien des facteurs de biodiversité, que pour une meilleure gestion de l’eau.
Les travaux de correction du fleuve ont fortement amoindri la capacité de renouvellement naturelle des forêts alluviales. Celles-ci, vieillies et abandonnées, risquaient de disparaître sauf à mettre en œuvre des mesures de gestion (entretien et rajeunissement) susceptibles de suppléer aux processus naturels devenus déficients. Un plan de gestion qui définit les soins les plus urgents faisant l’objet du présent projet a donc été dressé.
Le projet a été réalisé conformément aux objectifs, à l’exception de quelques parties de mesures dont la mise en œuvre a été reportée voire supprimée en raison principalement de la tempête ayant eu lieu en décembre 1999.

Partenaires du projet

Région Alsace   Porteur de projet
Département du Bas-Rhin

Ces projets pourraient vous intéresser

voir tous les projets